Mesland

  • Mesland
  • Mesland
  • Mesland
  • Mesland
  • Mesland
  • Mesland
  • Mesland
  • Mesland
  • Mesland
  • Mesland

Accueil du site > Tourisme & Patrimoine > Histoire

Histoire

Le village et son site

Le village de Mesland


Les premières habitations de Mesland ont été bâties sur un promontoire, ancien site gallo-romain, qui surplombe la vallée de la Petite Cisse (également dénommée le Chéramant). C’est lorsqu’on arrive par Onzain depuis la D43 que le visiteur comprend pourquoi les premiers foyers s’y sont installés : c’est un parfait lieu de vigie. Le prieuré et l’église romane, construite à l’aplomb de ce versant Nord par les moines de l’Abbaye de Marmoutiers, en sont le vivant témoignage. Au XIe siècle, le défrichage, par les moines de l’Abbaye, de la forêt de Blémars qui formait une frontière naturelle entre Touraine et Blésois, marque le début de l’histoire de Mesland et de plusieurs communes alentour. Du latin Fons Merlandi (Fontaine Mesland), le site de Mesland se prête à l’installation d’un prieuré du fait de nombreuses sources (plus de trente jaillissent dans la campagne contribuant à donner aux Meslandais une réputation de sorciers !), dont celle de la Petite Cisse (1 km au Nord-Ouest du village actuel, au lieu-dit Les Perrets) qui ont alimenté une abondante fontaine située sur l’emplacement de l’actuel lavoir. Deux châteaux, non ouverts au public, sont nichés dans les bois : le Bois Guillot et la Touche. Signalons aussi une remarquable ferme du XVIIe siècle au toit en forme de vaisseau retourné, la Perdrière, et l’ancien moulin de Mesland, encore équipé de son bief. De nombreuses maisons anciennes donnent au village son cachet.


Le blason de Mesland

Il a été créé en 1997 par Jacques RIBY, artiste meslandais.


Blason



Parti d’azur et d’or, à une fontaine pentagonale jaillissante de six jets, trois à dextre et trois à senestre l’un sur l’autre, d’argent sur l’azur et de sinople sur l’or.

DEVISE : Fons, vitae aqua - "Fontaine, eau de vie"


Un peu d’histoire...

La situation exceptionnelle de Mesland, sa vallée fertile, ses admirables fontaines plurent aux cohortes romaines qui s’y installèrent.. Le nom de Fons Merlandi apparaît dans une charte de 1032. Puis, dans les registres de l’état-civil, tenus par Messieurs les Curés, du XVIe au XVIIIe siècle, Mesland s’appelait Mesland-la-Fontaine, appellation bien naturelle et parfaitement comprise car, à cette époque, la fontaine de Mesland était une source précieuse dans les temps de sécheresse, non seulement pour le bourg, mais encore pour beaucoup de hameaux plus ou moins éloignés.

(extrait de la revue Patrimoine dans votre commune n° 14- sept 1997, édité par le Comité Départemental du Patrimoine et de l’Archéologie en Loir-et-Cher)



Site réalisé en SPIP pour l'AMRF